BATEAU ÉCOLE DEFI
BATEAU ECOLE DU PORT DES MINIMES

LA ROCHELLE - Île De Ré

 

Caractéristiques :

Le Permis mer Côtier        L'extension où le Permis Hauturier     Le Permis Rivière   Le Permis péniche (+de 20m)

Les Programmes :

Le Programme Permis Mer Option côtière      Le Programme  du Permis Mer Hauturier.

Le Programme permis fluvial

 

Texte Officiel des permis Mer

Texte officiel du permis Rivière 

Texte officiel du permis Grande Plaisance eaux intérieure

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Haut de page

Texte Officiel :

Un titre de conduite est nécessaire pour piloter en mer les navires français de plaisance à moteur dès que la puissance réelle du ou des moteurs est supérieure à 4,5 kilowatts (6 CV). Il n'est pas exigé de titre de conduite pour les navires de plaisance à voile même équipés d'un moteur auxiliaire.
 Il existe 2 titres :   le permis mer côtier - le permis mer hauturier
Les titres de conduite en mer des navires de plaisance à moteur ne donnent le droit de piloter qu'à titre d'agrément. Toute personne conduisant à titre professionnel un navire de plaisance doit avoir la qualification professionnelle correspondant à son activité.
Les droits d'inscription à l'examen sont de 38 €uros et les droits de délivrance du titre sont de 70 €uros, à acquitter en timbres fiscaux.

Un livret du candidat vous sera attribués et fera office de support pour votre apprentissage et de suivie pour le formateur qui devra valider au fur et a mesure l’ensemble des objectifs prévus par la formation. L'âge minimum requis pour l'obtention des titres de conduite en mer est de 16 ans. 
Permis Mer côtier
Pour toute navigation jusqu’à 6 milles d’un abri (navigation diurne et nocturne et/ou sur un navire propulsé par un moteur de plus de 6 CV).
Composé de 2 épreuves :
Épreuve pratique : Depuis le 1er Janvier 2008 il n’y a plus d’examen pratique, l’épreuve est aujourd'hui devenue un suivie en continue de 3h30 de pratiques par personnes minimum (1h30 d'environement + sécurité , collectif + 2h00 à la barre du bateau), c’est a présent notre formateur qui vous délivrera la partie pratique une foie que vous aurez remplie et effectuer toutes les manœuvres nécessaires et les objectifs demandés : 
Épreuve théorique : Une épreuve théorique générale 
Pour cette épreuve basée sur un questionnaire à choix multiple (QCM), le candidat est interrogé sur trente questions, cinq erreurs sont admises. La durée de cette épreuve est fixée à 30 minutes. 
A l’issue de l’épreuve théorique, le candidat est soit reçu, soit ajourné. En cas d’échec à l’épreuve théorique, le candidat conserve le bénéfice de l’épreuve pratique pendant six mois. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Haut de page

Épreuve pratique du Permis Mer côtier et hauturier :

  • mettre une brassière de sauvetage, 
  • précautions à prendre en cas de mauvais temps. 
  • faire un nœud de cabestan et un nœud d'amarrage à un taquet préparatifs de mise en marche,
  • mise en marche et appareillage 
  • manœuvrer sur un parcours en forme de 8 à différentes vitesses, dont la vitesse maximale compatible avec le lieu, en virant à bâbord ou à tribord quand l’exécution du parcours le demande,
  • casser son erre en utilisant la marche arrière en cours de parcours, 
  • manœuvrer pour récupérer un homme à la mer, 
  • procéder à une prise de coffre ou de bouée, 
  • suivre un cap, 
  • suivre un alignement par l’avant et par l’arrière, 
  • simuler l’emploi d’une fusée ou d’un feu automatique, 
  • simuler l’emploi d’un extincteur, 
  • situer trois éléments mécaniques importants, niveaux, coupe-batterie, courroie d’alternateur, sortie d’eau, vanne de coque, bougie, injecteur... 
  • accoster, 
  • arrêt du moteur 

La formation se décompose en de la façon suivante, une partie théorique de 9 à 11 heures
et une partie pratique de 6 à 8 heures .

L 'épreuve

Le permis côtier :

Une épreuve théorique de 30 minutes basée sur un questionnaire à choix multiples portant sur 30 questions. 5 erreurs sont admises. Les questions sont projetées sur un écran et données oralement. Vous répondez à l’aide d’un boîtier électronique. Vous avez 30 secondes pour répondre une fois la question lue. L’examen a lieu aux Affaires Maritimes, en général le lundi.

Il n’y a plus d’examen pratique. Le formateur valide au fur et à mesure la réussite de vos manœuvres dans un « livret d’apprentissage », qui sera remplis une fois les manoeuvres effectué.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Haut de page

En cas d’échec à l’épreuve théorique de navigation, le candidat conserve le bénéfice de sa pratique pendant six mois. En cas de manque de pratique décidé par notre formateur, il conserve le bénéfice des épreuves théoriques pendant également 6 mois. 

Nous vous proposons plusieurs formules :

• La formule week-end, vous alternez formation pratique et théorique, le samedi et le dimanche. L’examen a lieu le lundi matin suivant, à partir de 08h30 jusqu’à midi environ, en fonction du nombre de candidats. Afin d’optimiser le temps disponible et de préparer au mieux l’examen, une étude préalable du code Vagnon est indispensable.
Nous vous offrons une assistance téléphonique pour vous guider dans vos révisions, vous donner quelques moyens mnémotechniques et valider la progression de vos révisions.

• La formule semaine, la semaine est consacrée à la partie pratique, dispensée en 2 demis journéesr. Le vendredi de 17h00 à 19h15, ainsi que le samedi, de 09h00 à 13h00 ou de 14h00 à 19h00, sont consacrés à la partie théorique.

L’examen théorique a lieu  le lundi matin, en général le matin. Nous déterminerons ensemble, en fonction de votre expérience maritime et de vos disponibilités qu’elle est la formule la mieux adaptée.

Programme permis Fluvial

PROGRAMME FORMATION THÉORIQUE

les caractéristiques des voies et plans d’eau ;

le fonctionnement des écluses gardées, automatiques ou manuelles ;

le fonctionnement des barrages et les consignes de sécurité à observer ;

les conditions de stationnement et d’amarrage ;

la définition des termes en usage les plus courants utilisés par les plaisanciers ;

le devoir de vigilance ;

les règles de route et de stationnement ;

la signalisation visuelle et sonore, la connaissance des règles de balisage des voies et plans d’eau navigables ;

la signalisation des bateaux, les marques d’identification ;

les dispositions particulières aux menues embarcations ;

les notions essentielles sur l’organisation et les missions des services chargés des voies navigables, des visites et du contrôle ;

les notions élémentaires sur les règlements particuliers de police ;

la réglementation relative au titre de conduite des bateaux de plaisance à moteur ;

le nombre de personnes ou la charge embarquées.

 

Le Permis Hauturier

Vous avez l’âme d’un vieux loup de mer et vous rêvez d’horizons lointains ou d’îles paradisiaques, le hauturier vous y emmènera. Plus aucune restriction ne vous est imposée. Il permet de naviguer sans limitations de puissance et de distance. Vous pourrez faire le tour du monde. Vous apprendrez à lire une carte marine, identifier les phares, tracer une route, calculer la variation, la dérive due au vent et au courant, calculer la hauteur d’eau dans un port.
Ce permis comprend le permis côtier plus le module extension du permis côtier. L’obtention de l’extension du permis côtier donne le permis Hauturier. Pour accéder au permis Hauturier, le candidat doit posséder le permis côtier ou l’ancien permis mer, le permis A.
Ces deux permis se passent séparément à LA ROCHELLE.
Programme : Traçage et navigation sur carte, calcul des marées, Questions a choix multiple
- Les candidats doivent réussir un examen théorique d’1h30 sur la navigation, la marée, la météorologie et la réglementation.

Durée de formation théorique : 2 jours puis 1 jour la semaine suivante, 20 heures de formation au total. L’examen se passe le jeudi matin, dure la matinée. Pas de formation pratique. 
Pourcentage de réussite : de 60 à 100 % suivant les sessions.

Haut de page

Permis Mer hauturier
Pour toute navigation au-delà de 6 milles. 
Le candidat a 2 possibilités d’obtenir le Permis Mer hauturier.
Si vous êtes titulaire de Permis Mer côtier ou du Permis A, vous devez passer une épreuve théorique de navigation. Pour cette épreuve, le candidat est interrogé de la manière suivante : 

une épreuve sur carte notée sur 12 points, 

un calcul de marée noté sur 4 points, 

quatre questions notées chacune sur 1point. 

Pour être reçu, le candidat doit obtenir au moins 10 pour cette épreuve et la note de l’épreuve sur carte doit être au moins égale à 7.
La durée de cette épreuve est d’une heure trente minutes et le candidat devra utiliser la carte n°9999 du service hydrographique et océanographique de la marine (SHOM). 
S’il n’est pas titulaire du Permis Mer côtier ou du Permis A, il doit passer 3 épreuves : 

l’épreuve théorique générale, identique à celle du permis mer côtier 

l’épreuve théorique de navigation au permis Hauturier

La pratique, identique à celle du permis mer côtier. 

 

Le Permis Hauturier

Vous avez l’âme d’un vieux loup de mer et vous rêvez d’horizons lointains ou d’îles paradisiaques, le hauturier vous y emmènera. Plus aucune restriction ne vous est imposée. Il permet de naviguer sans limitations de puissance et de distance. Vous pourrez faire le tour du monde. Vous apprendrez à lire une carte marine, identifier les phares, tracer une route, calculer la variation, la dérive due au vent et au courant, calculer la hauteur d’eau dans un port.
Ce permis comprend le permis côtier plus le module extension du permis côtier. L’obtention de l’extension du permis côtier donne le permis Hauturier. Pour accéder au permis Hauturier, le candidat doit posséder le permis côtier ou l’ancien permis mer, le permis A.
Ces deux permis se passent séparément à LA ROCHELLE.
Programme : Traçage et navigation sur carte, calcul des marées, Questions a choix multiple
- Les candidats doivent réussir un examen théorique d’1h30 sur la navigation, la marée, la météorologie et la réglementation.
Durée de formation théorique : 2 jours puis 1 jour la semaine suivante, 20 heures de formation au total. L’examen se passe le jeudi matin, dure la matinée. Pas de formation pratique. 
Pourcentage de réussite : de 60 à 100 % suivant les sessions.

Permis Mer hauturier
Pour toute navigation au-delà de 6 milles. 
Le candidat a 2 possibilités d’obtenir le Permis Mer hauturier.
Si vous êtes titulaire de Permis Mer côtier ou du Permis A, vous devez passer une épreuve théorique de navigation. Pour cette épreuve, le candidat est interrogé de la manière suivante : 

une épreuve sur carte notée sur 12 points, 

un calcul de marée noté sur 4 points, 

quatre questions notées chacune sur 1point. 

Pour être reçu, le candidat doit obtenir au moins 10 pour cette épreuve et la note de l’épreuve sur carte doit être au moins égale à 7.
La durée de cette épreuve est d’une heure trente minutes et le candidat devra utiliser la carte n°9999 du service hydrographique et océanographique de la marine (SHOM). 
S’il n’est pas titulaire du Permis Mer côtier ou du Permis A, il doit passer 3 épreuves : 

l’épreuve théorique générale, identique à celle du permis mer côtier 

l’épreuve théorique de navigation au permis Hauturier

La pratique, identique à celle du permis mer côtier. 

 

 

Le Permis Hauturier

Vous avez l’âme d’un vieux loup de mer et vous rêvez d’horizons lointains ou d’îles paradisiaques, le hauturier vous y emmènera. Plus aucune restriction ne vous est imposée. Il permet de naviguer sans limitations de puissance et de distance. Vous pourrez faire le tour du monde. Vous apprendrez à lire une carte marine, identifier les phares, tracer une route, calculer la variation, la dérive due au vent et au courant, calculer la hauteur d’eau dans un port.
Ce permis comprend le permis côtier plus le module extension du permis côtier. L’obtention de l’extension du permis côtier donne le permis Hauturier. Pour accéder au permis Hauturier, le candidat doit posséder le permis côtier ou l’ancien permis mer, le permis A.
Ces deux permis se passent séparément à LA ROCHELLE.
Programme : Traçage et navigation sur carte, calcul des marées, Questions a choix multiple
- Les candidats doivent réussir un examen théorique d’1h30 sur la navigation, la marée, la météorologie et la réglementation.
Durée de formation théorique : 2 jours puis 1 jour la semaine suivante, 20 heures de formation au total. L’examen se passe le jeudi matin, dure la matinée. Pas de formation pratique. 
Pourcentage de réussite : de 60 à 100 % suivant les sessions.

Haut de page

Permis Mer hauturier
Pour toute navigation au-delà de 6 milles. 
Le candidat a 2 possibilités d’obtenir le Permis Mer hauturier.
Si vous êtes titulaire de Permis Mer côtier ou du Permis A, vous devez passer une épreuve théorique de navigation. Pour cette épreuve, le candidat est interrogé de la manière suivante : 

une épreuve sur carte notée sur 12 points, 

un calcul de marée noté sur 4 points, 

quatre questions notées chacune sur 1point. 

 

 

Pour être reçu, le candidat doit obtenir au moins 10 pour cette épreuve et la note de l’épreuve sur carte doit être au moins égale à 7.
La durée de cette épreuve est d’une heure trente minutes et le candidat devra utiliser la carte n°9999 du service hydrographique et océanographique de la marine (SHOM). 
S’il n’est pas titulaire du Permis Mer côtier ou du Permis A, il doit passer 3 épreuves : 

l’épreuve théorique générale, identique à celle du permis mer côtier 

l’épreuve théorique de navigation au permis Hauturier

La pratique, identique à celle du permis mer côtier. 

 

 

 

Le Permis Rivière « CS »

Le Permis Fluvial vous permet de goûter aux joies de la plaisance en eau douce, naviguer sur toutes les voies d’eau intérieures (rivières, fleuves, lacs, barrages, canaux) avec une embarcation d’une longueur inférieure à 20 mètres sans limitation de puissance. Il permet de naviguer sur tout le domaine fluvial. Quand un candidat possède son permis côtier ou permis A, il est dispensé de la pratique du permis rivière.
Durée de formation théorique : un stage d’une journée en semaine, 7 heures. Le lendemain du stage, l’examen se passe à La Rochelle, le matin et dure 1H00 Pourcentage de réussite : de 95 à 100 % suivant les sessions.

 

Haut de page

Le permis Grande Plaisance (ou Péniche)

Le Permis GP
Navire de plus de 20 mètres, de jour et de nuit, sur les eaux intérieures.
Programme - Théorie du code fluvial + Conduite PP

OPTION « GRANDE PLAISANCE EAUX INTÉRIEURES »
Pour une navigation en eaux intérieures sur un bateau de longueur égale ou supérieure à 20m.
PROGRAMME

Assurer la protection et la lutte contre les voies d’eau et l’incendie ; assurer la sécurité individuelle et collective et connaître les principaux risques de la navigation fluviale ;

Maîtriser la mise en route du moteur ; assurer une gestion responsable et l’entretien courant du bateau ; diagnostiquer les pannes courantes et assurer la gestion des coupures d’urgence à bord ;

Maîtriser le déplacement du bateau et sa route ; réaliser en autonomie un parcours choisi par le formateur et effectuer un demi-tour ;

Quitter un quai et accoster en fonction des éléments naturels ; franchir une écluse en se dirigeant vers l’amont ; franchir une écluse en se dirigeant vers l’aval.

 

 

Ces objectifs sont détaillés dans un livret d’apprentissage La durée de formation pratique ne peut être inférieure à neuf heures. Le formateur valide au fur et à mesure les compétences acquises par l’élève
VALIDATION
Le formateur valide au fur et à mesure les compétences acquises par l’élève au cours de la formation. Il ne peut valider au maximum que deux groupes d’objectifs par jour de formation. Lorsque l’ensemble des compétences a été validé, la formation est réputée effectuée et l’établissement de formation agréé délivre à l’élève une attestation de réussite à la formation

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Haut de page

OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES DE L’ÉPREUVE PRATIQUE
« GRANDE PLAISANCE – EAUX INTÉRIEURES »


Thème « La sécurité et la sauvegarde »
Objectif no 1 « assurer la protection et la lutte contre les voies d’eau » :
– être capable d’identifier tous les passes-coques et les systèmes de fermeture à l’intérieur du bateau ;
– être capable de décrire la mise en oeuvre des différents moyens de lutte contre les voies d’eau ;
– être capable de localiser sur un plan les points sensibles du bateau et de faire figurer sur ce plan le
matériel de lutte contre les voies d’eau.
Objectif no 2 « assurer la protection et la lutte contre l’incendie » :
– être capable d’identifier les risques potentiels à l’intérieur d’un bateau ;
– être capable de décrire la mise en oeuvre des moyens de lutte contre l’incendie ;
– être capable de connaître les différentes classes de feux et les types d’extincteurs ;
– être capable de localiser sur un plan les points sensibles du bateau et de faire figurer sur ce plan le
matériel de lutte contre l’incendie.
Objectif no 3 « assurer la sécurité individuelle et collective » :
– être capable d’utiliser tous les équipements composant le gréement de sécurité ;
– effectuer une mise en sécurité des passagers sur la demande du formateur ;
– être capable de réaliser la mise en oeuvre du dispositif de mouillage de l’ancre ;
– être capable de décrire la mise en oeuvre du dispositif de gouverne de secours.
19 octobre 2007 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 6 sur 165
. .
Objectif no 4 « connaître les principaux risques de la navigation fluviale » :
– être capable de commenter au formateur les informations contenues dans un avis à la batellerie ;
– être capable de présenter les conséquences d’un échouement ;
– être capable d’identifier les comportements à risques lors du passage d’une écluse, notamment la
matérialisation du mur de chute.
Thème « La motorisation et la technique »
Objectif no 5 « maîtriser la mise en route du moteur » :
– être capable de contrôler le moteur, la transmission et l’ensemble des systèmes associés ;
– vérifier les niveaux de fluides nécessaires au fonctionnement de la propulsion ;
– être capable de démarrer en sécurité.
Objectif no 6 « assurer une gestion responsable du bateau » :
– être capable d’identifier les stockages et les comportements à risque ;
– connaître les précautions à prendre envers les déchets issus de la navigation nuisibles pour
l’environnement ;
– connaître les différentes solutions de recyclage des déchets issus de la navigation nuisibles pour
l’environnement ;
– être capable d’assurer le suivi des exigences de sécurité applicables au bateau.
Objectif no 7 « assurer l’entretien courant et le diagnostic des pannes courantes » :
– réaliser l’entretien de 3 points essentiels du moteur ;
– décrire la conduite à tenir en cas de panne électrique ;
– décrire la conduite à tenir en cas de panne de refroidissement ;
– décrire la conduite à tenir en cas de panne sur le circuit de carburant.
Objectif no 8 « assurer la gestion des coupures d’urgence à bord » :
– être capable d’utiliser les systèmes de coupure d’urgence de la motorisation ;
– être capable d’utiliser les systèmes de coupure des réservoirs de carburant ;
– être capable d’utiliser les systèmes de coupure des installations de gaz ;
– être capable d’utiliser les systèmes de coupure des installations de chauffage.
Thème « La conduite du bateau »
Objectif no 9 « maîtriser le déplacement : direction et vitesse » :
– être capable de modifier la direction du bateau ;
– être capable d’accélérer et de ralentir ;
– être capable d’évaluer l’inertie du bateau.
Objectif no 10 « maîtriser la route : déplacement et éléments naturels » :
– être capable d’évaluer le sens, la force du courant et du vent ;
– être capable d’intégrer les éléments naturels ;
– être capable de suivre une route et de la modifier à la demande du formateur.
Objectif no 11 « réaliser en autonomie le parcours choisi par le formateur » :
– être capable de naviguer en respectant la signalisation ;
– être capable de naviguer en appliquant les règles de la navigation ;
– être capable de réguler sa vitesse et s’arrêter d’urgence sur demande du formateur.
Objectif no 12 « réaliser le demi-tour en autonomie » :
– citer les zones à risques pour effectuer un demi-tour ;
– avalant, être capable de faire demi-tour ;
– montant, être capable de faire demi-tour.
Thème « Les manoeuvres et les ouvrages »
Objectif no 13 « quitter un quai en fonction des éléments naturels » :
– avalant, être capable de quitter un quai ;
– montant, être capable de quitter un quai ;
– être apte à diriger le ou les membres d’équipage lors du largage des amarres.
Objectif no 14 « accoster en fonction des éléments naturels » :
– avalant, être capable d’accoster à un quai ;
19 octobre 2007 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 6 sur 165
. .
– montant, être capable d’accoster à un quai ;
– être apte à diriger le ou les membres d’équipage lors de l’amarrage.
Objectif no 15 « franchir une écluse en se dirigeant vers l’amont » :
– être capable de respecter les contraintes de passage ;
– être capable d’engager et de positionner le bateau dans l’écluse en sécurité ;
– être capable de diriger l’amarrage du bateau pendant le sassement ;
– être capable de sortir le bateau de l’écluse en sécurité ;
– être apte à diriger le ou les membres d’équipage lors des manoeuvres.
Objectif no 16 « franchir une écluse en se dirigeant vers l’aval » :
– être capable de respecter les contraintes de passage ;
– être capable d’engager et de positionner le bateau dans l’écluse en sécurité ;
– être capable de diriger l’amarrage du bateau pendant le sassement ;
– être capable de sortir le bateau de l’écluse en sécurité ;
– être apte à diriger le ou les membres d’équipage lors des manoeuvres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour tous renseignements 
Quartier des Affaires Maritimes
Direction du Transport Maritime, des Ports et du Littoral Bureau de la Plaisance et des Activité Nautiques
22, rue Monge, 75005 PARIS

Haut de page

Quelques infos sur le site des Affaires Maritimes

http://www.developpement-durable.gouv.fr/Le-permis-plaisance.html

 

 

 

 

Haut de page

 

 

 

 

 

Logo Defim 2